« Le premier pas pour avoir ce que vous voulez, c’est d’avoir le courage de quitter ce que vous ne voulez plus ».

Après 20 années d’expériences riches en relations de travail, en variétés et technicités comptables et financières, j’ai pris la décision de quitter le grand groupe d’Expertise comptable et d’Audit dans lequel j’ai exercé en tant qu’associé, membre du Conseil d’Administration et dirigeante de centres de profits pendant 20 ans en Vallée du Rhône, à Lyon et en Ile de France.

 

Le métier d’Expert-comptable est un très beau métier, j’étais fière d’être considérée comme le médecin généraliste de l’entreprise, proche et confident de mes clients. Cependant, la dématérialisation et son accélération rapide ces dernières années, la décentralisation, la réorganisation des services de l’état a amené les administrations à transférer très largement les taches administratives et déclaratives aux contribuables et le contribuable à déléguer ces travaux à son expert-comptable au détriment de son rôle de conseil.

Après avoir vécu cette expérience, j’ai constaté que j’avais de plus en plus de mal à trouver du temps, de la disponibilité pour avoir un véritable rôle de conseiller auprès de mes clients et également à trouver du temps pour moi, temps nécessaire pour exercer cette fonction dans les meilleures conditions et retrouver du sens à mon travail.

J’ai constaté également que, depuis l’avènement du numérique, les entreprises se sont focalisées sur les nouvelles technologies et ont relégué l’humain au second plan. Certes, la digitalisation contribue considérablement au développement d’une entreprise et lui offre une ouverture sur d’innombrables horizons, mais elle ne peut pas se substituer à l’humain. Je souhaite remettre de l’humain, de l’émotion et de l’authenticité au cœur de ma relation client. En effet, il est impossible d’automatiser la valeur ajoutée apportée par l’homme.

Je me suis rendu compte en réalisant une check-list de mes compétences acquises tout au long de ces 20 ans d’expériences professionnelles et personnelles que je pouvais accompagner les dirigeants sans être forcément leur expert-comptable. Que ce statut de DAF Freelance, conseiller financier me laisserais plus de liberté et d’autonomie pour être le co-pilote du dirigeant.

J’ai également durant ces 10 dernières années, étudié et expérimenté à travers des stages, formations, séminaires, une approche transversale de posture de management et de leadership du dirigeant que je souhaite transmettre à mes futurs clients et ou comment devenir un « entrepreneur » de haut niveau comme le serait un « sportif » de haut niveau. Car être dirigeant aujourd’hui, compte tenu des contraintes administratives, environnementales, géographiques, politique, de recrutement, du digital, du couple et de la famille…. c’est être (et surtout) le rester, un sportif de haut niveau. Cela va de la gestion du temps, de la gestion de la relation individuelle ou du groupe, de la connaissance de soi et de ses comportements et limites, de son alimentation, de sa relation au corps et au sport, de sa relation avec la nature et l’environnement, c’est une dimension holistique qu’il faut considérer, d’où le nom de ma société Cohérence Expertise et Conseils.

« Si vous pensez que l’aventure est dangereuse, essayez la routine…elle est mortelle ! » Paulo Coelho

Se doter d’une expertise financière grâce au regard et aux compétences d’un Directeur Financier pour une petite ou moyenne entreprise ? C’est possible grâce au service de DAF à temps partagé. C’est un co-pilote pour l’entreprise, ce n’est ni un expert-comptable, ni un consultant. Je peux m’appuyer sur ma connaissance des chiffres, mon expérience du terrain, pour aider le dirigeant à bâtir sa stratégie de développement. Ce poste-clé peut s’ouvrir aux petites entreprises grâce à la formule DAF à temps partagé.

Le DAF à 3 grandes missions : apporter de la visibilité aux dirigeants, en réalisant des tableaux de bord, des prévisionnels, des business plan, il s’occupe également de la gestion de la trésorerie. Il est également précieux sur des questions de pilotage (service comptable, fournisseurs, clients…). Avec un expert-comptable, le dirigeant sait d’où il vient et ou il en est. Avec le DAF, le chef d’entreprise sait ou il va. Les deux sont donc complémentaires.

Un DAF à temps partagé est aussi un indépendant, donc à même de mieux comprendre les problématiques des dirigeants. Il peut également échanger sur des sujets transverses autre que liés à la casquette de DAF. La relation qui s’instaure est basée sur une relation de confiance. Le DAF est vu comme un conseiller, un proche du dirigeant.

Avec 20 ans d’expérience, vous disposez d’un Directeur Financier expérimenté et généraliste, qui peut tout de suite être opérationnel et capable de tout faire : être à la fois financier, management DRH et stratège. Je peux aussi transmettre mes compétences par la formation, de l’enseignement que je pratique actuellement en Ecole de Commerce notamment et formation professionnelle continue.